• Cardiweb

REX projet : si la solution était aussi de parler perso ?

L’idée de cet article n’est évidemment pas de vous faire un cours sur le REX projet (ou RETEX) mais plutôt d’imaginer différemment cette phase du projet. Entre apprentissage, itération, fun et une dose de perso… Découvrez notre recette du REX projet parfait.


Pourquoi le REX projet et à quel moment ?


Le REX permet de capitaliser sur l’expérience et d’apprendre des problèmes ou crispations qui peuvent se faire ressentir lors de la mise œuvre d’un projet. Il prend souvent place en fin de planning pour tirer des enseignements des différentes actions réalisées.


Chez Cardiweb deux de ces points sont challengés :


1. Nous instaurons au quotidien un processus d’identification et d’analyses des « problèmes » pour rester innovants. Les problèmes ne sont finalement que des opportunités d’apprentissage pour l’ensemble des parties prenantes concernées. C’est pourquoi ils doivent être identifiés et analysés au plus vite.

2. Le retour d’expérience est bénéfique au projet. Alors, pourquoi attendre pour faire un REX ? Un REX itératif, par sprint, peut s’avérer être particulièrement judicieux. A l’image du bac rouge, issu de l’industrie, l’idée est, à chaque étape du projet, non pas de rendre visible un défaut de qualité mais d’analyser si le besoin client est bien respecté et de détecter d’éventuelles frictions opérationnelles.


On ajoutera à cela qu’il est plus facile d’apprendre des autres lorsque l’on s’inscrit dans des relations privilégiées.


Vers un REX qui prend en compte l’humain

« On aime à dire que nous sommes plus des partenaires que des prestataires chez Cardiweb. Cela s’illustre de bien des façons mais dans le cadre des REX projet cela donne plus de place à l’humain » confie Agathe.

Pour Agathe, consultante en transformation digitale, l’apprentissage peut se faire par l’intelligence collective. La force du collectif est donc plus que jamais essentielle. « Si un développeur est moins disponible quelques jours parce qu’il vit un moment compliqué personnellement, on doit pouvoir le comprendre. De la même façon, on doit aussi pouvoir partager des moments joyeux. Je me souviens d’un collègue qui avait enfin obtenu son permis moto. Il a partagé la nouvelle et cette information est ressortie lors d’un atelier REX dans les points positifs du projet. Bien sûr, c’est un détail qui n’est pas directement lié à la mission. Mais c’était un clin d’œil qui montre bien que les moments off font aussi partie des projets. Ces petits moments ont leur importance ».


Le REX peut aussi être le moment idéal pour un manager de connaître les sujets de prédilection de chaque collaborateur. La répartition des tâches pourra alors être optimisée.



Une nouveauté (un nouvel outil testé ou une bonne idée de développement par exemple) pourra quant à elle être valorisée et partagée au sein de l’équipe.


Reste à savoir comment mettre en pratique des ateliers au format ludique ? Agathe a sa petite idée.


Rendre le REX fun


Pour Agathe, le REX peut être itératif, mais aussi et surtout dynamique. Adieu la routine !

« Vous connaissez peut-être l’outil Metro Retro ? Il vous donne toutes les clés pour réaliser des rétrospective productive, engageante et fun. »

Agathe n’hésite pas à utiliser le dessin lors des rétrospectives ou encore à faire écrire sous la forme de tweets tous les retours, voire ressentis des parties prenantes. « La timeline Twitter pour un REX est un exercice ludique qui semble juste être un moment de détente à première vue. Mais c’est aussi et surtout un excellent moyen d’écrire en quelques mots ce que l’on n’oserait pas dire à l’oral ». Cela permet de faire émerger de nouvelles idées, de mieux gérer des REX difficiles ou de tout simplement passer un bon moment.


Finalement, le REX est aussi un bon outil de codéveloppement, il permet de faire progresser l’ensemble des softs skills d’une équipe. « Il est par exemple essentiel de faire preuve d’écoute active pour capter de nouveaux axes de progression. C’est aussi une bonne occasion de travailler sur sa communication non violente. L’idée à travers ces ateliers reste de diffuser un esprit d’équipe, une culture commune » conclut Agathe.


Vous l’aurez compris, notre recette du REX se résume par de l’apprentissage, des itérations, du fun et de l’humain. Qui dit mieux ?

22 vues0 commentaire